Mode Anti-Gaspi – Les marques de chaussures engagées

Comme disait Lavoisier “Rien ne se perd, tout se transforme.” Des marques de chaussures s’engagent dans le combat anti-gaspillage en concevant des modèles à base de matériaux recyclés ou upcyclés!


ECOALF – Espagne

La marque espagnole ECOALF s’est donnée pour mission de recycler le plus de matériaux possibles pour créer ses chaussures: filets de pêche, bouteilles en plastique, pneus usagés, café, cotons et laines usagées…

Image: ECOALF

Hacter – France

La marque nantaise redonne une 2eme vie à des chutes de production, des vêtements collectés ou destinés à être jetés en les sublimant sur des modèles modernes et tout terrain.

 

Image: Hacter

 

Indosole – USA

Indosole réutilise des pneus usagés comme matière première de leurs semelles. L’objectif est ici de recycler au moins 1 million de pneus qui polluent l’environnement.

 

Image: Indosole

Jack The Fifth – USA

Jack The Fifth utilise des matériaux recyclés pour créer ses collections: papier, bouteilles en plastique, corde ou encore caoutchouc… dans l’objectif de combattre le gâchis de papier et la pollution marine.

Image: Jack The Fifth

PoZu- Royaume Uni

La marque vegan est constamment à la recherche de matériaux innovants pouvant remplacer l’utilisation du cuir.  Elle a notamment adopté le  Piñatex , textile innovant à base des déchets de la production d’ananas. (Voir notre article sur le Piñatex)

Image: Po-Zu

 

Rothy’s – USA

Rothy’s utilise des bouteilles en plastique recyclées comme matière première pour créer ses ballerines imprimées en 3D. La marque récupère également vos ballerines usagées pour s’occuper elle-même du recyclage.

Image: Rothy's

The People’s Movement – USA

Utilisant non seulement des matériaux bio et durables, the People’s Movement récupère également des sacs plastiques échoués à Bali pour créer ses chaussures!

Image: the People’s Movement

The White Ribbon – Allemagne

La marque allemande récupère quant à elle des chutes de production de cuir pour créer une collection de ballerines spécialement désignées pour n’utiliser qu’une faible quantité de matière première tout en restant résistantes et durables.

Image: The White Ribbon

#PORTRAIT: VINCENT, FONDATEUR DE KEATCHEN

1- Qui es-tu? Quel est ton parcours?

Je m’appelle Vincent, j’ai 23 ans et je suis originaire du Pas-de-Calais. Je suis fils d’artisan, mon père a repris la boulangerie familiale créée en 1925. Ma famille voyant que le métier de boulanger subissait beaucoup de mutations depuis l’arrivée des supermarchés, elle m’a conseillé de réfléchir à un autre métier. Je me suis tourné vers une école de commerce, l’IESEG, où j’ai fait un master Finance en apprentissage. J’ai alors passé deux années chez Lesaffre , qui produit notamment des solutions de panification, en tant que contrôleur financier. Le pain n’est finalement jamais bien loin!

Mes études et mon expérience en entreprise m’ont permis d’acquérir des compétences en marketing, management ou encore gestion des finances. J’ai toujours eu envie d’entreprendre et quoi de mieux que la fin de ses études pour démarrer? J’ai participé à un Startup weekend à Valenciennes, où mon projet est arrivé en 2eme position. Ce fut une super expérience, j’ai vraiment aimé l’entraide entre les équipes, travailler sur un projet pendant 54h et sentir l’effervescence dans les projets.

Je suis amateur de bonne bouffe, j’adore manger. J’aime me faire plaisir avec de bons produits. Je suis convaincu qu’on peut réinventer un domaine traditionnel comme le culinaire avec les nouvelles technologies. C’est pourquoi j’ai créé le projet “Keatchen“, une appli mobile qui permet de recevoir chaque jour une recette personnalisée élaborée par un chef ainsi que des recettes de grand chef simplifiées. L’utilisateur recevra également une liste de courses et aura alors deux choix: soit retirer ses courses chez ses commerçants de quartier (primeurs, bouchers, épicerie fines, fromagers…), soit se faire livrer ses ingrédients directement chez lui. Mon objectif est de simplifier le quotidien et de redonner envie aux gens de cuisiner tout en valorisant les produits et le travail des artisans et commerçants de proximité.

2- Quel est ton rapport à la mode éthique?

Ce qui me touche dans la mode éthique, c’est avant tout l’histoire qu’il y a derrière les marques: la mise en avant d’un savoir-faire local, le fait de permettre à des communautés d’avoir une juste rémunération et un emploi durable. L’esthétique joue aussi beaucoup.

3- Quelle est pour toi la chaussure idéale? Qui te convient le mieux?

Mon critère principal c’est le style puis vient le confort. J’achète beaucoup sur internet et je suis rarement déçu. J’arrive à dire si cela va être confortable d’un coup d’oeil. Je suis assez inspiré par la mode, je fais en fonction des tendances. Je dois avoir autour de 8 paires de chaussures, beaucoup de baskets mais aussi quelques chaussures plus habillées en daim et en cuir.

 

4- Quelles chaussures éthiques as-tu dans tes placards?

J’ai découvert la marque PERUS via mon école de commerce car le fondateur est également issu de l’IESEG. J’ai vu qu’il lançait une campagne ULULE et permettait de pré-commander des baskets solidaires. J’ai découvert leur nouveau modèle Joggers qui m’a tout de suite séduit. Je n’ai pas hésité à commander et j’ai eu une totale confiance en l’entreprise qui m’a tenu informé du process de production et des délais de livraison. J’ai reçu mes chaussures environ 7 mois après ma commande, avec quelques cadeaux dans la boite en prime! Je ne suis pas déçu, elles sont hyper confortables! J’ai également une paire de VEJA et une paire de FAGUO.

IMG_5161.JPG

5 Conseils pour bien se chausser avec des semelles orthopédiques

Bien se chausser ne devrait pas être un parcours du combattant. On vous a prescrit des semelles orthopédiques? Voici nos 5 Conseils pour choisir les bonnes chaussures!

1- Ne mettez pas vos semelles dans n’importe quelle chaussure

Il ne faut pas rêver, une semelle orthopédique n’ira jamais dans une chaussure habillée à talons… Si vous souhaitez vraiment porter ce genre de modèles pour un événement, n’y mettez pas vos semelles. Vous pourrez vous en passer le temps d’une soirée ou d’une journée.

2- Privilégiez des modèles avec des semelles amovibles

De nombreuses marques proposent aujourd’hui des modèles adaptés aux semelles orthopédiques. Il vous suffit de retirer la semelle amovible d’origine pour la remplacer par votre semelle corrective.  Favorisez des chaussures confortables pour la vie de tous les jours, idéalement avec des velcros ou lacets pour un meilleur maintien.

3- Essayez toujours des chaussures avec vos semelles

Vous devez être bien tout de suite, le confort immédiat! On porte des semelles pour être soulagé, pas pour souffrir davantage!

4- Assurez-vous que la semelle se pose bien dans le fond de la chaussure

Si elle gondole ou remonte à l’avant ou à l’arrière, la correction ne se fera pas correctement.

5- Entretenez votre semelle

Pensez à sortir vos semelles de vos chaussures le soir pour les laisser sécher et leur permettre de garder leurs formes respectives.

Certaines semelles thermo-formées ayant tendance à “sentir”, mettez du bicarbonate la nuit dans vos chaussures pour neutraliser les odeurs.

#PORTRAIT: Amélie, amoureuse des livres et citoyenne du monde

1- Qui es-tu? Quel est ton parcours?

Je m’appelle Amélie, j’ai 32 ans et suis originaire de la région parisienne. J’ai eu un parcours scientifique jusqu’au bac et me suis vite passionnée par la littérature et les métiers du livre. J’ai travaillé en librairie avant de rencontrer la mère d’une amie qui était documentaliste. Elle m’a parlé de son métier et m’a donné envie de passer le concours à mon tour.  Je suis donc devenue professeure documentaliste, en d’autres termes “la dame du CDI”, dans un collège à Noisy-Le-Grand puis suis partie en voyage avec mon mari: 1 an à Berlin et 2 ans à San Francisco où je travaillais dans un lycée français ainsi que pour l’Alliance Française.

A notre retour en France, nous avons fait le choix de nous installer à Lille. Nous y connaissions du monde et la ville avait l’avantage d’être proche de Paris tout en nous permettant de découvrir un nouvel environnement. Le virus du voyage ne m’a cependant pas quitté, j’ai dernièrement fait un trek en Namibie avec une agence favorisant l’éco-tourisme.

2- Quel est ton rapport à la mode éthique?

J’y suis sensible mais ne cherche pas particulièrement à acheter éthique. Je suis capable de mettre plus cher pour un produit mais cela reste encore peu facile d’accès. Je ne sais pas nécessairement où chercher et comme j’aime me simplifier la vie, il me faudrait une sorte de carnet d’adresses éthiques pour m’éviter de chercher.

3- Quelle est pour toi la chaussure idéale? Qui te convient le mieux?

Je suis très difficile lorsqu’il est question de choisir une paire de chaussures! Il faut qu’elles soient confortables, jolies, qu’elles aillent avec tout, que le bout soit arrondi. Etant petite, je fais également attention à ce que les chaussures ne me fassent pas de trop grands pieds.

4- Quelles chaussures éthiques as-tu dans tes placards?

J’ai découvert la marque TOMS à San Francisco (où tout le monde en avait aux pieds) ainsi que dans la série “Orange is the New Black”! La marque est citée par le personnage principal, Piper, le jour de son entrée en prison.

J’en ai désormais plusieurs paires.  J’aime le style assez décontracté et le confort de ces chaussures (essentiel pour moi qui suis debout une bonne partie de la journée et qui emprunte les transports en commun quotidiennement). Le seul soucis, c’est qu’elles s’usent relativement vite et comme les points de vente sont rares… j’envisage de passer par la case “cordonnier” pour les faire tenir plus longtemps!

Je suis également sensible à leur démarche solidaire: pour chaque paire achetée, la marque offre une paire à un enfant dans le besoin.

IMG_5143

 

 

 

Chaussures éthiques & Artistes engagés

Nous vous avions parlé il y a quelques temps de trois comédiennes adeptes de marques de chaussures éthiques: Emma Watson, Marion Cotillard et Sarah Jessica Parker. Voyons si la gente masculine n’est pas en reste!

Pharell Williams et Will.i.am font bien plus que porter  la mode responsable, ils prennent littéralement des parts dans des marques ou participent au design de collections éthiques. Depuis 2016, Pharell Williams est le co-propriétaire de la marque hollandaise G-Star Raw qui produit des jeans à base de déchets plastiques retrouvés dans les océans. A quand les chaussures Pharell?

Will.i.am a, quant à lui, lancé le projet “Ekocycle” en collaboration avec Coca Cola pour transformer des bouteilles en plastique en différents objets: vélos, valises, vestes ou encore des chaussures en collaboration avec la marque haut de gamme The Office of Angela Scott.

 

Ekocycle-by-Will.i.am-and-Coca-Cola-Harrods-products_dezeen_468_1.jpg

Côté français, le musicien Matthieu Chedid a fait confiance à la marque française Panafrica qui produit des baskets éthiques aux couleurs de l’Afrique pour le lancement de son dernier album “Lamomali“.

DCblQYQUwAAW5Hq.jpg