#PORTRAIT – Joséphine, fondatrice de Fair Feet

Qui es-tu? Quel est ton parcours?

Je m’appelle Joséphine, j’ai 31 ans et je vis à Lille, ville dont je suis originaire. J’ai grandi dans une famille de chausseurs. Mon arrière grand-mère Julienne a ouvert une boutique d’espadrilles en 1920 non loin des Halles du Marché de Wazemmes. Successivement reprise par ma grand-mère et sa sœur, puis par ma mère et mon oncle, la boutique existe toujours et change le monde à sa manière puisqu’elle est aujourd’hui spécialisée dans les chaussures pour pieds sensibles!

Cette boutique a été l’épicentre de toute mon enfance: le lieu où nous nous réunissions pour fêter Noël avec toute la famille, un incroyable terrain de jeu (on ne compte plus les heures de cache-cache entre les rayonnages de l’arrière boutique avec mes cousins), un endroit-refuge où je pouvais rendre visite à ma mère et à mon oncle après l’école pour faire mes devoirs ou discuter de tout et de rien, un fabuleux lieu d’observation pour comprendre comment satisfaire les clients et savoir ce qu’était une bonne chaussure! J’ai tellement de bons souvenirs dans cette boutique… si les murs pouvaient parler!

Lorsque ma mère est partie à la retraite il y a quelques mois, j’ai eu envie de reprendre le flambeau en explorant toutes les possibilités qu’apportent les nouvelles technologies, tout en conservant ce savoir-faire traditionnel de maître chausseur. Ce fut le démarrage de l’aventure Fair Feet! Le blog permet de présenter des alternatives éthiques pour chaque moment de notre vie (festival, mariage, garden party, voyage…) ainsi que des portraits de personnes comme vous et moi qui ont fait le choix de porter des chaussures éthiques. La boutique en ligne (qui ouvrira prochainement) sera un outil supplémentaire pour démocratiser l’accès à des chaussures éthiques tout en accompagnant au mieux les consommateurs avec de vrais conseils de chausseurs.

 

Depuis quand soutiens-tu la mode éthique? Quel a été le déclic?

Il faut rendre à César, ce qui est à César! Mon mari y est pour beaucoup! Il m’a initié à la “sobriété heureuse” par des lectures (Pierre Rabhi, Béa Johnson…) ou des documentaires. J’ai progressivement changé mon mode de consommation en prenant conscience que ce que j’achetais avait parfois plus d’impact qu’un vote dans une urne! J’achète moins mais mieux, fais mes courses auprès d’artisans et producteurs locaux, réduis mes déchets, pars en vacances de manière responsable… Au final, c’est du bon sens et cela ne demande pas beaucoup d’efforts… Il suffit de faire le premier pas!

J’en suis venue spontanément à la mode éthique en favorisant le troc entre copines (Une amie blogueuse vidait son armoire avant de partir à l’étranger, j’en ai profité pour lui racheter deux gros sacs de vêtements), la location de vêtements pour des grandes occasions avec les Cachotières, le shopping dans des boutiques vintage ou l’achat de vêtements neufs dans l’une de mes boutiques lilloises fétiches El Market.

Mon placard ne déborde plus d’habits que je ne mets plus et j’ai du coup plus de budget pour m’offrir de belles pièces que j’ai plaisir à porter! Pour les chaussures, j’en prends grand soin, je les fais réparer chez mon cordonnier et je les remplace progressivement par des modèles éthiques lorsqu’elles sont trop usées.

 

Quelle est ta chaussure idéale?

Elle doit être confortable et durable avant tout! J’ai les pieds assez larges, je choisis donc principalement des modèles à lacets ou à brides pour pouvoir les ajuster à mon pied et être bien maintenue. J’aime les designs simples et épurés pour les assortir plus facilement à mes différentes tenues. Enfin, je suis admirative de celles qui réussissent à porter des talons hauts toute la journée. J’en suis incapable et ai systématiquement sur moi une paire de chaussures plates de rechange en cas de douleurs. Ma chaussure idéale a donc une hauteur raisonnable!

 

Quelles chaussures éthiques as-tu dans tes placards?

Mon premier achat de chaussures éthiques a été une paire de ballerines noires de The White Ribbon. De vrais chaussons! La marque récupère des chutes de cuir et a mis au point un design particulier qui permet d’utiliser le moins de cuir possible par chaussure. Une bonne manière de réutiliser ce qui allait être jeté!

J’ai également une paire de sneakers blanches Veja, une paire de cypress noire de la marque Faguo , sans oublier mes compensées Sienna de Tom’s que je porte aussi bien avec un jean qu’une robe. J’attends les collections automne-hiver avec impatience pour renouveler mes chaussures d’hiver et compléter ma garde robe éthique!

18222479_317713438648130_7749510337305393071_n

 

Leave a Reply

%d bloggers like this: